Le bonheur selon… Elea Laureen

Le bonheur selon… Elea Laureen

Cette fois-ci, je t’amène en Belgique pour découvrir Elea Laureen qui se qualifie, non pas de poète, mais plutôt de « brodeuse de mots ». Je t’invite à lire sa poésie en cliquant sur le lien que tu trouveras à la fin de l’entrevue. Sans plus tarder, voici « Le bonheur selon… Elea Laureen« .


J: Dis-moi, selon toi, qu’est-ce que le bonheur?

E.L.: Pour moi, le bonheur n’est qu’un état de conscience. Chacun le cherche partout alors que le bonheur est tout petit, dans les choses simples de la vie comme le chant des oiseaux à l’aube, l’odeur du café au petit matin, le rire des enfants, le murmure de l’eau, le parfum des fleurs. Tous ces petits éclats de joie sont source de bonheur, encore faut-il savoir les cueillir à l’instant où ils naissent! Tiens, en parlant de naissance, il existe aussi des bonheurs très grands, ce sont ces instants où la famille s’agrandit, quand on devient parents ou grand-parents. Mais au fond, le bonheur, n’est-il pas tout simplement un état d’esprit, il suffit d’apprécier la vie, le bonheur vit à l’intérieur de nous… Gardons bien en vue, l’enfant intérieur qui s’émerveille de tout. Et la vie sera remplie de magie.

Crédit photo: Elea Laureen

J: De quoi as-tu besoin pour être heureuse, qu’est-ce qui te procure de la joie au quotidien?

E.L.: De pas grand chose en fait. De paix intérieure, de rayons de soleil, des oiseaux, des fleurs, de mes enfants et surtout de mes petits-enfants. Leano et Luciana sont un arc-en-ciel de lumière dans ma vie de grand-mère. Avec eux, je retrouve l’enfant intérieur et cette envie d’émerveillement et de magie.

J: Qu’est-ce qui te rendrait encore plus heureuse?

E.L.: Un monde de paix, moins de souffrances, moins de misères. Une terre d’amour universel. Plus de conscience envers tous les êtres qui peuplent cette terre que ce soit animal ou végétal. Chaque acte irréfléchi me terrifie, mon coeur souffre et mon âme pleure. Comment leur faire comprendre que nous sommes tous connectés à cette nature? Et chaque fois que nous lui faisons du mal, c’est à nous-même que nous en faisons. Ma tristesse est profonde quand je vois dans quel état se trouvent les forêts et les océans. Nous sommes chacun UNIS VERS! Protégez tout ce qui vous entoure.

J: J’aimerais que tu me parles d’un moment heureux de ta vie.

E.L.: La naissance de mes enfants. Ce fut pour moi un moment de profonde joie et en même temps, la naissance d’un amour incommensurable. Je ne peux l’expliquer mais quand on a posé ma fille sur mon coeur, j’ai ressenti tellement d’émotion, comme si mon coeur allait exploser. Nous sommes très fusionnelles avec mes filles, à tel point que souvent, nous disons les mêmes phrases en même temps. Ce qui fait rire… Mon aînée, c’est mon portrait tout craché. Mes filles, mes bébés, même si elles ont plus de 30 ans.

J: Et si tu me parlais de tes passions.

E.L.: Mes passions sont la photo et l’écriture. J’ai reçu mon premier appareil photo à ma première communion, j’avais onze ans et j’adorais photographier le ciel et les nuages. Je ne sais pas pourquoi, mais j’étais fascinée par toutes ces couleurs de couchers de soleil, ces ciels azurés et ces jolis nuages. Je n’ai pas perdu cette habitude, le ciel me parle toujours autant et même plus que tu ne pourrais l’imaginer. Il est même devenu source de murmures et d’inspiration.

J’écris depuis l’adolescence, mais j’ai repris la plume depuis le départ de maman. J’ai suivi papa sur les réseaux et ensemble nous poétisions. Lui parlait d’amour et moi de spiritualité, de lumière et de paix. Mais, il a rejoint maman voilà trois ans. Je sais qu’il était très apprécié. Sa plume reste, malgré son départ, très lue. Mon papounet chéri, José Delattre, rêvait d’être publié. J’ai donc réalisé son rêve à titre postume et je continue ma mission de partage sous leurs ailes.

J: Selon toi, existe-t-il une recette du bonheur?

E.L.: Sans doute, mais je ne l’ai pas encore trouvée. Mes soucis de santé ont tendance à m’empêcher de faire ce dont j’aurais envie mais, pour me libérer, j’écris. Quoi qu’il en soit, pour être heureuse, je pense qu’il faut être authentique, viser l’essentiel, ne pas se compliquer la vie et surtout ne pas trop s’inquiéter.

Prendre la vie comme elle vient, avec le sourire. Chaque jour, pratiquer la gratitude, avoir des pensées positives, éviter de fréquenter les personnes négatives.

Malgré tout ce qui se passe, garder l’espoir comme un flambeau et se dire que « la vie est belle ».

Nous sommes ici pour vivre des expériences censées nous enrichir et nous élever. Combien de temps, nul ne le sait. Alors vivons l’instant présent profondément et dans la joie. Quand l’heure viendra, osons nous dire que nous avons fait de notre mieux, de belles choses, si petites soient-elles et que nous laissons à nos petits-enfants de belles valeurs. Car le bonheur est la seule chose qui se multiplie quand on le partage.

J: Dis-moi, qu’est-ce que la pandémie t’a apporté de positif dans la vie?

Plus de connexion avec la nature, avec l’univers, un voyage intérieur. Donc, une profonde recherche spirituelle, car il faut savoir que mon frère a été hospitalisé en novembre 2020 et papa, en janvier 2021. L’un sortait du coma quand l’autre y plongeait. Ils ne se sont jamais revus!

Ce fut une période intense et douloureuse. Papa nous a quitté fin janvier. Quant à mon frère, il garde des séquelles de ce virus. Cette pandémie m’a énormément marquée, j’ai beaucoup prié pour toutes ces personnes qui ont été enlevées à leur famille. J’ai aussi beaucoup écrit! J’ai été émerveillée par cette nature qui reprenait ses droits. Je pensais sincèrement que ça ouvrirait les consciences, mais ce fut l’effet inverse. Deux ans plus tard, il y a encore plus de bateaux, d’avions. L’humanité n’a rien retenu de cette pandémie, comme elle ne retient rien des guerres du passé. Aucune leçon ne semble être tirée de l’histoire de ce monde. Quel gâchis!

J: Sur une échelle de 1 à 10, quel serait le niveau de ton bonheur?

E.L.: Je dirais 7. Je viens de perdre ma belle-maman et j’ai énormément de douleurs. Pour le moment, la tristesse et les douleurs forment un tsunami qu’il m’est difficile de contrôler. Mais, je continue de penser que la vie est belle.

J: Aimerais-tu ajouter autre chose à cet entretien?

E.L.: « Le bonheur est une étincelle d’amour qui éclate de rire. » – Elea Laureen

J: Et pour terminer, quelle est ta citation sur le bonheur préférée?

« Le bonheur est un trésor authentique. La moindre seconde perdue est un joyau qui s’échappe. Chaque instant de plaisir se doit d’être vécu sans peur du lendemain au risque de se priver d’avenir.« 

– F. Danteronera
J : MERCI DE T’ÊTRE SI BIEN PRÊTÉE AU JEU  » Le bonheur selon… Elea Laureen « ! JE SUIS CERTAINE QUE PLUSIEURS SERONT RAVIS D’EN CONNAÎTRE DAVANTAGE SUR TOI.

Tu as envie de lire la poésie d’Elea Laureen…
Soupir d’une plume de lyre – Poésie sensitive
Les oiseaux se cachent

Alors, si tout comme elle, tu aimerais participer à: Le bonheur selon…, je t’invite à m’envoyer un courriel à josee@desmotsetdesimages.com et il me fera plaisir de te faire parvenir les questions.

10 réflexions sur “Le bonheur selon… Elea Laureen

  1. Isabelle Frappier dit :

    Merci à vous deux pour ce beau partage, c’est très inspirant. Et je vais de ce pas découvrir la poésie d’Elea…

    Bisous, bonne journée

  2. Elea Laureen dit :

    Merci beaucoup ma chère Josée pour cette gentille demande de participation à laquelle j’ai pris plaisir à répondre … C’est un « bonheur » de partager et d’échanger ma chère amie … Merci d’avoir ajouté mes photos, elles sont si belles sur ta page ! Gros bisous et agréable soirée … A bientôt, Laureen de Belgique

  3. Floralie dit :

    Bonjour Josée,
    Je suis également une amie de Elea Laureen qui est ma douce poétesse que j’apprécie fortement, merci à toi d’avoir publié de questionnaire qui en le lisant je savais très bien que notre amie commune aller répondre à tes questions si chaleureusement 🙂
    Voilà mon petit mot du jour, sur ton magnifique blog
    Bonne continuation
    Floralie

    • Josée Cousineau dit :

      Merci de ta visite sur mon Cybercarnet.
      C’est gentil d’avoir pris le temps de laisser un petit mot.

      Bisousxxx

    • Josée Cousineau dit :

      Merci pour ce joli poème qui me va droit au coeur.
      Au plaisir d’échanger à nouveau avec toi Laureen!

      Bisousxxx du Québec

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *